Tout ce que vous devez savoir sur l’indice de masse corporelle (IMC)

Si vous jugez bon de suivre un régime ou juste que vous vous demandez si votre poids correspond à la norme. L’IMC peut déjà vous donner de bonnes informations sur votre corps. Dans cet article, nous allons alors vous donner des informations concernant l’IMC.

Qu’est-ce que l’IMC ?

L’IMC est un outil utilisé afin de mesurer votre poids par rapport à votre taille. Souvent, des nutritionnistes et des professionnels de la santé ont recours à cet outil de mesure pour se référer.

À partir de calculs, le nutritionniste va les confronter au tableau officiel qui définira dans quelle tranche se trouve le patient. À savoir normal, insuffisance pondérale ou en surpoids. Cela leur permet de définir les aliments à privilégier et à éviter par le patient. Ceci afin d’éliminer les risques de maladies liées au poids.

calculer

 

Comment le calculer ?

Le calcul de l’IMC est très simple, il est à portée de tout le monde. Voici comment faire :

Il s’agit de prendre votre poids en kilogrammes et votre taille en mètres. En fait, il se calcule en prenant votre poids, et à le diviser par le carré de votre taille. Vous obtiendrez donc votre IMC.

Maintenant, il va falloir le reporter au tableau officiel établi par l’OMS qui est le suivant :

  • Moins de 16,5 : Dénutrition sévère
  • Entre 16,5 et 18,5 : Maigreur
  • Entre 18,5 et 25 : IMC normal
  • Entre 25 et 30 : Léger surpoids
  • Entre 30 et 35 : Début de l’obésité
  • Entre 35 et 40 : Obésité sévère
  • Au-delà de 40 : Obésité morbide

Il est à noter qu’il est important d’avoir une bonne balance pour obtenir votre poids réel. Pour cela, pour en trouver une, il vous est possible de bien choisir avec Pese-personne.net.

À noter aussi que ce tableau est valable pour la masse corporelle d’une femme et celui d’un homme.

L’IMC chez l’enfant, que faut-il savoir ?

Le calcul de l’IMC pour un enfant est identique à celui des adultes. À la différence de ce dernier, l’interprétation au niveau du tableau n’est pas le même.

Pour ce cas, contrairement à la taille d’un adulte, la taille d’un enfant va au fil des années s’accroître. Il faudra se baser sur les courbes de croissance de votre enfant. On va donc comparer les données avec la courbe de corpulence qu’on trouve dans les livrets de santé.

Il est à noter qu’ici le poids et la taille d’un garçon et d’une fille font une différence à ne pas négliger.

musclé

Est-ce que l’IMC suffit ?

Bien que l’IMC soit un bon indicateur, on décèle chez ce dernier quelques manques de précisions. Surtout au niveau des différentiations des matières organiques.

Prenons le cas des sportifs de haut niveau dont la masse corporelle est quasiment dépourvue de graisses. Alors que son poids est élevé, par sa musculature. L’IMC n’est pas en mesure de faire la différence entre la masse graisseuse et la masse musculaire ou aussi de l’ossature.

Il y a aussi des cas comme des résultats d’IMC se trouvant dans la tranche de 25, de poids normaux. C’est-à-dire un corps qui, à première vue bien géré au quotidien et qui élimine bien les graisses. Le fait est pourtant qu’il élimine mal le sel ou les sucres par exemple. Le corps est donc exposé à des maladies sans que l’IMC puisse le détecter.

L’IMC est une bonne référence généralisée de votre état de santé. En revanche, si vous souhaitez obtenir des informations précises concernant votre santé, il est recommandé de passer des examens complémentaires.

IMC et santé, ça donne quoi ?

Les résultats de l’IMC donnent souvent de bonnes indications sur la santé en général d’une personne. Des études ont montré que des pourcentages de risques de maladies donnés par l’IMC ont permis de prévenir plusieurs maladies.

Lorsque l’IMC est dans la case des 25, la durée de vie est favorable. Les personnes ayant un IMC élevé ont plus de chances de contracter des maladies comme les maladies cardio-vasculaires, le diabète. La durée de vie sera diminuée de 2 à 5 ans. On parle ici du cas des personnes se trouvant dans la case des 30. Au-delà de cette case, les patients sont exposés à l’infertilité, au cancer…